Enseigner = faire ensemble ...

"Non, tu n'as pas à le faire seul!"

2020. novembre 05.
388
Enseigner = faire ensemble ...

Souvent les enfants, lorsqu'ils viennent à l'atelier et voient les différents travaux réalisés par moi, qui - bien que de manière très personnelle, mais je coud depuis plus de quarante ans -, soupiraient en disant "mais je ne le ferai pas si bien!"  Comment expliquer alors que cela n'a aucune importance?

Quand j'étais petite, je cousais aussi comme ça, peu importe quoi et comment. Mais j'ai bien aimé. Et pendant que je gâchais une quantité considérable de tissus (généralement des vêtements minables), je regardais avec de grands yeux comment ma grand-mère cousait. Et j'ai demandé à pouvoir travailler avec elle. Seule, je ne serais jamais arrivé à coudre avec la précision que j'ai vue d'elle.

En fait, je n'aime pas vraiment appeler nos ateliers "cours de couture". Je préfère l'appeler "jeu de couture" Pouquoi? Parce que la nôtre n'est pas une école, mais un coin où nous travaillons ensemble.
Et oui, surtout au début j'aide beaucoup dans la réalisation.
Et il y a une raison très simple pour laquelle je ne laisse pas les enfants s'efforcer de tout faire seuls.

Nos enfants jouent peu. Très peu. Bien que le jeu soit très important pour faire face aux frustrations du monde réel dans un monde fictif. Et coudre chez nous, c'est un peu comme un jeu de société: les règles sont celles des techniques que nous devons suivre, mais nous savons bien qu'au début c'est beaucoup plus amusant de créer les règles nous-mêmes. Cela fait partie de l'évolution de notre façon de jouer. Vient ensuite le défi de vouloir gagner - dans notre cas être en mesure de terminer la couture d'une poupée de chiffon, ou de coudre un projet -, mais cela ne peut être fait que si nous suivons les règles. D'accord, mais - toujours dans la métaphore du jeu de société - le joueur qui joue depuis des années, a plus d'expérience pour gérer le jeu, donc pour gagner. Et cela représente une énorme frustration pour l'enfant. Un enfant qui n'a jamais été laissé pour gagner, malgré le fait qu'il aurait dû perdre selon les règles, perdra probablement bientôt le plaisir de jouer. Au contraire, si le joueur adulte comprend que jouer est bien plus que simplement apprendre les règles, que jouer signifie se faire confiance, et pouvoir faire confiance à l'aide, alors l'enfant adorera ce jeu et ne voudra jamais s'arrêter. Et il apprendra probablement que la collaboration est la clé pour gagner ...

Je sais, vous me dites que je ne suis pas une compétitive. C'est vrai. La seule compétition que je l'approuve est celui avec nous-mêmes et avec nos limites.  Mais voilá, j'aime transmettre mon savoir-faire. Et j'aime inviter les élèves à se remettre en question dans leurs limites, en questionnant le mien aussi.

Quand on démarre un nouveau projet, peut-être un projet collectif pour un concours, c'est toujours une expérimentation commune, moi et les enfants. Et je voudrais les encourager à des niveaux élevés, mais pour cela - et je suis convaincue - au début je dois aider dans les passages difficiles, peut-être en les faisant moi-même pour eux. Parce qu'alors, au moment de l'achèvement des travaux ils pourront croire qu'ils en seront capables. Et ils deviennent. Faire et refaire. Et jusqu'à ce qu'ils réussissent, ou lorsqu'ils se sentent fatigués et perdent leur enthousiasme, à l'aide de petits pas, je le fais volontiers pour eux. 

Au contraire, si je les laisse seuls dans la conviction qu'ils doivent apprendre à faire même les passages difficiles par eux-mêmes, l'échec est inévitable au début, donc très vite ils perdraient l'envie de recommencer ... 

Parce qu'apprendre pour moi, c'est faire ensemble.

Le travail sur la couverture de cette note de blog, Saint Michel remportant le dragon, est le dessin d'Aron Benedek (9 ans), et la broderie est un travail en cours partagé entre l'artiste et moi. Et je suis sûre que - même si j'ai un peu d'aide de ma part  - à l'œuvre terminée le jeune artiste ressentira une fierté qui l'aidera à entreprendre des œuvres encore plus ambitieuses que cela!

"Il n'y a pas de amusement sans joie: et la source de la joie n'est souvent pas l'intellect, mais l'imagination.

Nous devons permettre aux enfants non seulement de s'amuser,

mais de le faire à leur manière."

(John Locke)

Ce site utilise des cookies. Les cookies nous permettent de vous apporter des contenus et services adaptés à votre navigation et d'optimiser votre expérience du site grâce aux statistiques d'audience. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation et vous pouvez à tout moment modifier les réglages d'acceptation. Pour en savoir plus cliquez sur notre politique de la vie privée!